KOS

Si vous partez en vacances sur l’île de Kos, qui a vu naître Hippocrate, vous n’échapperez pas à la plaisante balade maritime de 6 kilomètres entre l’Occident et le Levant. Il faut payer 20 euros pour traverser en ferry le mince bras de mer qui sépare la Grèce de la côte turque, où se love Bodrum.

Dans l’autre sens, 25 000 migrants ont fait cette traversée en clandestin au cours de la première moitié de l'année 2015. Elle leur coute autour de 1000 euros par personne.

En majorité Syriens, ils tentent le passage de nuit pour éviter les gendarmes et les gardes-côtes turcs. La taille de l’embarcation et les gilets de sauvetage donnent l’illusion de la sécurité, la plupart des passagers ne savent pas nager. Le 20 Juin 2015, 6 Syriens se sont noyés lorsque leur zodiac surchargé s’est renversé.

L’île est devenue le point de rencontre temporaire de deux mondes : celui des touristes au repos et celui des voyageurs clandestins. Eux sont en transit : la plupart espèrent se rendre en Allemagne et en Europe du Nord.

Un bateau d'une cinquantaine de migrants afghans en provenance de Bodrum en Turquie. 7 Juin 2015

Un bateau d'une cinquantaine de migrants afghans en provenance de Bodrum en Turquie. 7 Juin 2015

Un bateau d'une cinquantaine de migrants afghans en provenance de Bodrum en Turquie. 7 Juin 2015

Un bateau d'une cinquantaine de migrants afghans en provenance de Bodrum en Turquie. 7 Juin 2015

Un bateau d'une cinquantaine de migrants afghans en provenance de Bodrum en Turquie. 7 Juin 2015

Un bateau d'une cinquantaine de migrants afghans en provenance de Bodrum en Turquie. 7 Juin 2015